28 mars 2012 - Kakashi

Le courrier des danseurs : La génération Ghetto Techno (ou génération YouTube)

lecourrierdesdanseurs youtube

Tout d’abord, je pense que vous vous posez  tous la même question: que signifie le terme “Ghetto Techno”?

À la base, c’est le titre d’un son de Jay-Z  produit par Timbaland qui devait apparaître sur la tracklist de The Blueprint 3 mais fut finalement retiré (peut-être parce qu’il était sur le net avant la sortie de l’album). Pour moi cela signifie tout autre chose: je montre du doigt cette nouvelle génération de danseurs Hip-Hop qui n’écoute quasiment que des sons Hip-Hop/Electronic; qui ont une “danse” composée à 80% de tricks; n’ont quasiment pas de bases et sont perdus quand on leur balance un son avec des lyrics; du flow et une mélodie qui ne fait pas mal à la tête.

Avant de parler des danseurs, parlons des sons. J’ai débarqué sur Paris en 2007 et c’est là qu’Icee m’a fait découvrir des artistes tels que Cupp Cave; Dibiase ou encore fLako. Pour moi qui était fan des Neptunes et de Just Blaze à l’époque, ce genre de sons futuristes, voire apocalyptique pour certains, firent du bien à mon imagination je l’avoue mais ils n’avaient pas réussi à remplacer Busta ou Slum Village dans mon coeur. Comme je l’ai dit, j’appréciais les sons “Hip-Hop Abstract” jusqu’à ce qu’on n’entende plus que ça dans les battles, c’était horrible! Tout s’est fait en douceur. Au début c’était un petit son par-ci, par-là puis c’est devenu 90% de la sélection des Djs! À force de vouloir nous balancer des sons inédits, on nous a balancé tout et n’importe quoi! À partir du moment où le son est plein d’accents, les gens kiffent même si niveau mélodie c’est une catastrophe. Ce que j’aimerais que les gens comprennent c’est que ce n’est pas parce qu’un son est rempli d’accents et de bruitages space qu’il est bon! Cette histoire d’accent a amené une nouvelle façon de “danser”: apprendre tout les sons par coeur; faire un pas qui ressemble au Running man (beaucoup le font de manière approximative) pour dire qu’ils dansent et balancer des constructions à foison. Ce qui m’amène à parler des danseurs Ghetto Techno…

Donc en 2007, en plus d’avoir découvert un nouveau genre de son, j’ai découvert une nouvelle façon de danser. Lorsque j’ai fait mes premiers battles sur Paris, j’allais toujours demandé au jury pourquoi j’avais perdu et j’étais toujours confronté à la même réponse: “Tu danses bien mais t’es pas assez technique.”. Étant très porté sur la hype dans mes passages, j’ai tout de suite compris que le problème venait de mes bras. J’ai alors travaillé des phases mais sans plus. Je trouvais ce qui se faisait à ce niveau super intéressant et beau (j’aimais bien Icee; Boubou ou Salas par exemple) mais quand les jurys ont commencé à privilégier les “phaseurs” face “aux danseurs” j’ai dit NON! Tu pouvais aller t’entrainer n’importe où, il y avait de plus en plus de danseurs qui avaient des LEGO à la place des bras. Ces moves sont techniques, certes, mais la technique ça se travaille tandis que le flow est une chose propre à chacun. Je dit oui aux tricks si c’est combiné avec du flow sinon c’est juste ennuyeux. Cette façon de danser colle parfaitement aux sons HH/Electro car, vu que la plupart sont des instrumentales minimalistes, il suffit d’écouter les huit premiers temps pour connaître le son quasiment par coeur, il est donc plus simple d’être musical. Ces sons limitent la prise de risque et “la prise de sons”. Je trouve qu’il est plus intéressant de voir un danseur jongler entre les lyrics et l’instru plutôt qu’un autre qui en attendant les accents ne fait que mettre un pied devant puis derrière et balance des effets avec les bras avec ses pieds vissés dans le sol. La majorité de ces danseurs a apprit en regardant des vidéos sans se dire que les danseurs de ces vidéos tenaient leur moves de quelque part: les bases! Que les Ghetto Techno n’aient pas de bases solides est une chose, qu’ils ne trouvent pas ça gênant en est une autre. Le hip-hop freestyle est une danse qui sans les autres danses n’existe pas. Les structures au niveau des bras nous viennent du popping, notre rapport au sol nous vient du break, les fondations des jambes viennent de la hype (et du boogaloo des fois), non? Donc comment avoir une danse qui tient la route sans avoir testé les danses qui sont à la BASE de notre mouvement? À méditer…

La danse est comme la mode ou la musique, c’est une boucle. Celle de la danse est en fin de cycle car nous revenons à la base de celle-ci: le flow! Je pense que l’exemple le plus flagrant est le Juste Debout Steez 2012 (pas seulement celui de Bercy). Je pourrais citer des binômes comme Maximus & Zulu ou encore Rush Ball qui ont su combiner technicité du move avec total feeling et ont saupoudré le tout de steps Old School. La même chose au niveau du son: on a eu droit à de bons vieux tunes (surtout dans les premières rencontres) qui nous ont fait bouger la tête naturellement et nous ont donner envie de danser. Il faudrait que les Djs comprennent que c’est eux qui font l’éducation de la nouvelle génération de danseurs. Pendant les battles, nombreux sont ceux qui ont comme premier réflexe de sortir leur Shazam à chaque gros son donc si les sons joué sont bons, les gens écouteront du bon son. À l’heure du téléchargement, les gens se procure du son en masse et ne retiennent que le son du moment quitte à passer à côté de perles (ça c’est une autre histoire).

Ma conclusion est la suivante: le son Hip-Hop/Electronic est l’évolution du Hip-Hop tel que nous le connaissons, il est donc normal d’en retrouver en battle mais il faut juste modérer sa diffusion. Pour ce qui est des jeunes danseurs: renseignez-vous sur votre culture; parlez avec des anciens; prenez des cours (au moins pour les bases) et ouvrez vos oreilles à différents types de musiques. Vous ne pouvez devenir que meilleur.

Peace.